Branle-bas poétique au mois d’avril pour les élèves de 1ère ASSP (accompagnement, soins et services à la personne) du lycée Oberlin. La découverte d’œuvres poétiques dans les salles de classe, pourquoi pas, mais sur le terrain, c’est beaucoup plus… vivant.

Première étape : à l’assaut des rues de Strasbourg, le long de la ligne de tram A, plus précisément.

C’est là qu’une quinzaine des élèves de la classe s’est rendue pour relever sur les colonnes des arrêts du tram les singuliers écrits que les artistes de l’OULIPO (ouvroir de littérature potentielle) ont composé en 1994 pour répondre à une commande artistique de la Ville de Strasbourg, désireuse de faire investir par une forme poétique l’espace urbain des stations.

C’est ainsi que, regroupées en deux « brigades d’intervention poétique urbaine », les jeunes filles ont pris connaissance des quatre sortes d’écrits rédigés en série par les écrivains de l’OULIPO, héritiers de Queneau, Pérec et Calvino, férus de jeux de langues, de contraintes littéraires et autres procédés contribuant à la créativité littéraire. De notices toponymiques fantaisistes en récit au beau présent, en passant par les variations homophoniques, et le langage cuit, Ophélie, Pauline et les autres ont, sur les rives du tram, voyagé à travers de bien étranges idiomes…

Ambiance :

Ophélie : « Je ne vois pas bien, c’est pas évident de lire sur la colonne de ce côté-ci… »

Amélia : « Mais non Madame, ne stressez pas, on ne va pas se faire écraser par le tram, on n’est pas des enfants !»

Marjorie « C’est bon les filles, j’ai tout recopié, on passe au suivant ! » 

photo1   photo2

Deuxième étape : un atelier d’écriture au MAMCS 

Recopier, puis relire, des écrits flirtant avec l’absurde, ouvrant vers d’autres imaginaires : de là à prendre soi-même la plume, il n’y avait plus qu’un pas. Celui-ci a été franchi par l’ensemble de la classe grâce à un atelier d’écriture proposé au Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg, ingénieusement animé par Flore Poidron, autour de tableaux et sculptures surréalistes. Un atelier qui a fait surgir quelques œuvres… étonnantes parfois, détonantes souvent, poétiques toujours !                                                                                                                                                                        Jocelyne Lacoumette